Trousse en coton tissée main Aura - Casa Nomade
search
  • Trousse en coton tissée main Aura - Casa Nomade
  • Trousse en coton tissée main Aura - Casa Nomade
  • Trousse en coton tissée main Aura - Casa Nomade
  • Trousse en coton tissée main Aura - Casa Nomade
  • Trousse en coton tissée main Aura - Casa Nomade

Trousse en coton tissée main Aura

30,00 €
Cette trousse, tissée à la main par les artisanes du Guatemala selon un procédé traditionnel maya, vous ravira par ses motifs, ses finitions et son joli pompon.
Elle sera parfaite pour vos sorties, seule ou en complément de votre sac à main. Vous pourrez y glisser votre téléphone, vos papiers, votre maquillage, vos clés...

Le plus :

Le nom de certaines pochettes est directement inspirée de celui des tisserandes qui les ont réalisées. Un bel hommage rendu à ces artisanes.

Pour en savoir plus sur le tissage traditionnel maya au Guatemala.

Rupture de stock

Nous sommes très sensibles à votre intérêt pour cet article actuellement en rupture de stock.

Nous favorisons le travail fait main en petites séries. Nos achats sont donc réalisés en quantité raisonnée et nos stocks sont limités.

Entrez votre adresse courriel ci-dessous afin que nous puissions vous informer dès son retour.


Origine :

Guatemala.


Couleurs :

Noire, grise et beige.


Composition :

Trousse 100% coton.
Fermeture à glissière, zip en nylon.


Fabrication :

Chaque pochette est fabriquée à la main par les tisserandes de la Communauté de Flor Juanera, dans la petite ville de San Juan La Laguna, au bord du lac Atitlán. Ce travail leur permet de vivre dignement de leur artisanat grâce à l’initiative de l'association Mayanna.

Les tisserandes teignent les fils de coton par un procédé naturel de teinture végétale, réalisée avec les ressources de leur environnement (curcuma, Indigo, bois d'acajou, feuilles de café...). Les plantes sont bouillies et filtrées. Les fils sont alors ajoutés à la teinture et trempent jusqu’à l'obtention de la couleur désirée.
Les tisserandes préparent ensuite la largeur et la longueur de fil souhaité avant de le tisser, selon des techniques ancestrales sur des métiers à tisser rudimentaires, qui permettent néanmoins de réaliser des motifs d’une grande diversité.


Dimensions* :

20 x 14 cm.

*Ces mesures, ainsi que le placement de certains motifs, sont susceptibles de varier très légèrement du fait de la fabrication artisanale.


Conseil d’entretien :

Laver à la main et laisser sécher à l’air libre.

En savoir plus sur le tissage fait main au Guatemala

Tarifs Colissimo livraison à domicile France métropolitaine

Poids jusqu'à... Frais de port
250g 4,99 euros
500g 6,99 euros
750g 8,10 euros
1kg 8,80 euros
2kg 10,15 euros
5kg 15,60 euros
10kg 22,70 euros
15kg 28,70 euros
30kg 35,55 euros

EverPsBlogPost Object ( [id_ever_post] => 20 [meta_title] => Le tissage traditionnel maya au Guatemala [meta_description] => D’après la légende, le tissage au métier à tisser traditionnel trouve son origine auprès d’Ixchel, une déesse maya représentant la fertilité et la procréation. [link_rewrite] => tissage-traditionnel-maya-guatemala [title] => Le tissage traditionnel maya au Guatemala [content] => D’après la légende, le tissage au métier à tisser traditionnel trouve son origine auprès d’Ixchel, une déesse maya représentant la fertilité et la procréation. Ixchel a appris à la première femme à tisser, et depuis, la pratique s'est transmise de mère en fille, de génération en génération. Cette technique ancestrale est toujours utilisée aujourd’hui par les femmes indigènes garantes de la transmission des traditions mayas.Malgré l’importation par les espagnols du métier à tisser droit à pédales, cet artisanat est toujours présent au Guatemala. C’est notamment le cas à San Juan La Laguna une petite ville du Guatemala, au bord du lac Atitlán,  qui compte environ 6 000 habitants, dont la majorité fait partie des Tz'utujil (un des 21 peuples mayas). Cette activité de tissage permet aux femmes de concilier de nombreuses tâches, comme élever les enfants ou entretenir la maison, tout en gagnant leur vie. Avant de procéder au tissage, il est nécessaire de teindre les fils de coton. Les tisserandes de cette communauté utilisent un procédé naturel hérité de leurs ancêtres : la teinture végétale. Elles font d'abord bouillir de l'écorce de bananier pendant plusieurs heures, puis trempent les fils dans le liquide obtenu afin de constituer un mordant naturel.Les femmes mayas utilisent les ressources que leur procure leur environnement naturel : curcuma, coquille de noix de coco séchée, indigo, bois d'acajou, bois de cèdre ou encore feuilles de café. Les plantes sont bouillies et une fois que la teinture atteint la couleur désirée, les artisans filtrent les plantes. Les fils sont ajoutés à la teinture et trempés jusqu’à l'obtention de la couleur désirée. Ils sont ensuite retirés de la teinture et séchés à l'air libre. L’autre opération préliminaire au tissage consiste à préparer la largeur et la longueur des fils. Les tisserandes utilisent des piquets, plantés dans le sol ou sur une planche, autours desquels on enroule les fils pour former des entrecroisements.Les écheveaux ainsi [excerpt] => D’après la légende, le tissage au métier à tisser traditionnel trouve son origine auprès d’Ixchel, une déesse maya représentant la fertilité et la procréation. Ixchel a appris à la première femme à tisser, et depuis, la pratique s'est transmise de mère en fille, de génération en génération. Cette technique ancestrale est toujours utilisée aujourd’hui par les femmes indigènes garantes de la transmission des traditions mayas.Malgré l’importation par les espagnols du métier à tisser droit à pédales, cet artisanat est toujours présent au Guatemala. C’est notamment le cas à San Juan La Laguna une petite ville du Guatemala, au bord du lac Atitlán,  qui compte environ 6 000 habitants, dont la majorité fait partie des Tz'utujil (un des 21 peuples mayas). Cette activité de tissage permet aux femmes de concilier de nombreuses tâches, comme élever les enfants ou entretenir la maison, tout en gagnant leur vie. Avant de procéder au tissage, il est nécessaire de teindre les fils de coton. Les tisserandes de cette communauté utilisent un procédé naturel hérité de leurs ancêtres : la teinture végétale. Elles font d'abord bouillir de l'écorce de bananier pendant plusieurs heures, puis trempent les fils dans le liquide obtenu afin de constituer un mordant naturel.Les femmes mayas utilisent les ressources que leur procure leur environnement naturel : curcuma, coquille de noix de coco séchée, indigo, bois d'acajou, bois de cèdre ou encore feuilles de café. Les plantes sont bouillies et une fois que la teinture atteint la couleur désirée, les artisans filtrent les plantes. Les fils sont ajoutés à la teinture et trempés jusqu’à l'obtention de la couleur désirée. Ils sont ensuite retirés de la teinture et séchés à l'air libre. L’autre opération préliminaire au tissage consiste à préparer la largeur et la longueur des fils. Les tisserandes utilisent des piquets, plantés dans le sol ou sur une planche, autours desquels on enroule les fils pour former des entrecroisements.Les écheveaux ainsi [id_lang] => 1 [id_shop] => 1 [id_author] => 0 [date_add] => 07/10/2021 [date_upd] => 26/09/2023 [post_status] => published [id_default_category] => 4 [post_categories] => ["4","1"] [post_tags] => false [post_products] => ["268","271","273","267","270"] [index] => 0 [follow] => 0 [sitemap] => 1 [active] => 0 [limit] => [psswd] => [count] => 1468 [id] => 20 [id_shop_list] => Array ( ) [get_shop_from_context:protected] => 1 [table:protected] => ever_blog_post [identifier:protected] => id_ever_post [fieldsRequired:protected] => Array ( [0] => index [1] => follow [2] => post_status ) [fieldsSize:protected] => Array ( ) [fieldsValidate:protected] => Array ( [date_add] => isDate [date_upd] => isDate [id_shop] => isUnsignedInt [id_author] => isUnsignedInt [index] => isBool [follow] => isBool [sitemap] => isBool [active] => isBool [post_status] => isName [id_default_category] => isUnsignedInt [post_categories] => isJson [post_tags] => isJson [post_products] => isJson [psswd] => isPlaintextPassword [count] => isUnsignedInt ) [fieldsRequiredLang:protected] => Array ( ) [fieldsSizeLang:protected] => Array ( ) [fieldsValidateLang:protected] => Array ( [title] => isCleanHtml [meta_title] => isCleanHtml [meta_description] => isCleanHtml [link_rewrite] => isLinkRewrite [content] => isCleanHtml [excerpt] => isCleanHtml ) [tables:protected] => Array ( ) [webserviceParameters:protected] => Array ( ) [image_dir:protected] => [image_format:protected] => jpg [translator:protected] => [def:protected] => Array ( [table] => ever_blog_post [primary] => id_ever_post [multilang] => 1 [fields] => Array ( [title] => Array ( [type] => 6 [lang] => 1 [validate] => isCleanHtml ) [meta_title] => Array ( [type] => 6 [lang] => 1 [validate] => isCleanHtml ) [meta_description] => Array ( [type] => 6 [lang] => 1 [validate] => isCleanHtml ) [link_rewrite] => Array ( [type] => 3 [lang] => 1 [validate] => isLinkRewrite ) [content] => Array ( [type] => 6 [lang] => 1 [validate] => isCleanHtml ) [excerpt] => Array ( [type] => 6 [lang] => 1 [validate] => isCleanHtml ) [date_add] => Array ( [type] => 5 [lang] => [validate] => isDate [required] => ) [date_upd] => Array ( [type] => 5 [lang] => [validate] => isDate [required] => ) [id_shop] => Array ( [type] => 1 [validate] => isUnsignedInt [required] => ) [id_author] => Array ( [type] => 1 [validate] => isUnsignedInt [required] => ) [index] => Array ( [type] => 2 [validate] => isBool [required] => 1 ) [follow] => Array ( [type] => 2 [validate] => isBool [required] => 1 ) [sitemap] => Array ( [type] => 2 [validate] => isBool [required] => ) [active] => Array ( [type] => 2 [validate] => isBool [required] => ) [post_status] => Array ( [type] => 3 [validate] => isName [required] => 1 ) [id_default_category] => Array ( [type] => 1 [validate] => isUnsignedInt [required] => ) [post_categories] => Array ( [type] => 3 [validate] => isJson [required] => ) [post_tags] => Array ( [type] => 3 [validate] => isJson [required] => ) [post_products] => Array ( [type] => 3 [validate] => isJson [required] => ) [psswd] => Array ( [type] => 3 [lang] => [validate] => isPlaintextPassword ) [count] => Array ( [type] => 1 [validate] => isUnsignedInt [required] => ) ) [classname] => EverPsBlogPost [associations] => Array ( [l] => Array ( [type] => 2 [field] => id_ever_post [foreign_field] => id_ever_post ) ) ) [update_fields:protected] => [force_id] => [featured_image] => https://www.casanomade.fr/img/post/post_image_20.jpg ) 1
Le tissage traditionnel maya au Guatemala

Le tissage traditionnel maya au Guatemala

D’après la légende, le tissage au métier à tisser traditionnel trouve son origine auprès d’Ixchel, une déesse maya représentant la fertilité et la procréation.
En savoir plus
EverPsBlogPost Object ( [id_ever_post] => 19 [meta_title] => Mayanna, ambassadrice des tisserandes du Guatemala [meta_description] => L'association Mayanna et sa fondatrice, Anne, se sont donné pour mission de promouvoir l'artisanat maya. [link_rewrite] => mayanna-ambassadrice-tisserandes-guatemala [title] => Mayanna, ambassadrice des tisserandes du Guatemala [content] => L'association Mayanna et sa fondatrice, Anne, se sont donné pour mission de promouvoir l'artisanat maya. Parlez-nous de vous ! Je suis passionnée de voyages et d’apprentissage. Début 2020 juste avant la crise sanitaire, j’ai fait un break professionnel et je suis partie pendant 2 mois en mode « sac à dos » au Guatemala. J’y ai pris des cours d’espagnol, j’ai fait des treks et j’ai effectué une mission de volontariat dans un centre social. Dans un petit village, j’ai rencontré une communauté de tisserandes issues de l’ethnie maya Tz’utujil. J’ai été émerveillée par ces femmes qui fabriquent des créations textiles selon une méthode héritée de leurs ancêtres. Après le filage du coton et la teinture naturelle, elles tissent à l’aide d’un métier à tisser de ceinture datant de l’époque précolombienne.  J’ai eu un véritable coup de cœur pour ces femmes, leur artisanat, leur authenticité et leur générosité.  Pourquoi avez-vous créé l'association Mayanna ?  Sur place, je me suis rendu compte de la pauvreté qui touchait la population maya. Alors que ces femmes ont de l’or entre leurs mains, elles rencontrent de nombreuses difficultés. Elles ne commercialisent leurs produits que sur des marchés locaux où le nombre de visiteurs est faible. J’ai constaté qu’elles avaient du mal à pouvoir vivre dignement de leur travail. De plus, avec la pandémie, ces difficultés ont fortement augmenté. A mon retour en France, j’ai créé l’association Mayanna dont l'objectif est de faire connaître l’artisanat des tisserandes mayas du Guatemala et contribuer au développement économique de leur activité. L’association collabore avec une ONG au Guatemala labellisé commerce équitable. C’est la garantie d’une rémunération juste pour les tisserandes et d’un accompagnement dans des projets éducatifs et sociaux. Via une boutique en ligne, des partenariats et des événements, l'association commercialise alors les produits créés par les tisserandes.  Que signifie Mayanna ?  Par ce nom, je voulais mettre [excerpt] => L'association Mayanna et sa fondatrice, Anne, se sont donné pour mission de promouvoir l'artisanat maya. Parlez-nous de vous ! Je suis passionnée de voyages et d’apprentissage. Début 2020 juste avant la crise sanitaire, j’ai fait un break professionnel et je suis partie pendant 2 mois en mode « sac à dos » au Guatemala. J’y ai pris des cours d’espagnol, j’ai fait des treks et j’ai effectué une mission de volontariat dans un centre social. Dans un petit village, j’ai rencontré une communauté de tisserandes issues de l’ethnie maya Tz’utujil. J’ai été émerveillée par ces femmes qui fabriquent des créations textiles selon une méthode héritée de leurs ancêtres. Après le filage du coton et la teinture naturelle, elles tissent à l’aide d’un métier à tisser de ceinture datant de l’époque précolombienne.  J’ai eu un véritable coup de cœur pour ces femmes, leur artisanat, leur authenticité et leur générosité.  Pourquoi avez-vous créé l'association Mayanna ?  Sur place, je me suis rendu compte de la pauvreté qui touchait la population maya. Alors que ces femmes ont de l’or entre leurs mains, elles rencontrent de nombreuses difficultés. Elles ne commercialisent leurs produits que sur des marchés locaux où le nombre de visiteurs est faible. J’ai constaté qu’elles avaient du mal à pouvoir vivre dignement de leur travail. De plus, avec la pandémie, ces difficultés ont fortement augmenté. A mon retour en France, j’ai créé l’association Mayanna dont l'objectif est de faire connaître l’artisanat des tisserandes mayas du Guatemala et contribuer au développement économique de leur activité. L’association collabore avec une ONG au Guatemala labellisé commerce équitable. C’est la garantie d’une rémunération juste pour les tisserandes et d’un accompagnement dans des projets éducatifs et sociaux. Via une boutique en ligne, des partenariats et des événements, l'association commercialise alors les produits créés par les tisserandes.  Que signifie Mayanna ?  Par ce nom, je voulais mettre [id_lang] => 1 [id_shop] => 1 [id_author] => 0 [date_add] => 24/09/2021 [date_upd] => 26/09/2023 [post_status] => published [id_default_category] => 10 [post_categories] => ["10","1"] [post_tags] => false [post_products] => ["268","271","273","267","270"] [index] => 0 [follow] => 0 [sitemap] => 1 [active] => 0 [limit] => [psswd] => [count] => 1471 [id] => 19 [id_shop_list] => Array ( ) [get_shop_from_context:protected] => 1 [table:protected] => ever_blog_post [identifier:protected] => id_ever_post [fieldsRequired:protected] => Array ( [0] => index [1] => follow [2] => post_status ) [fieldsSize:protected] => Array ( ) [fieldsValidate:protected] => Array ( [date_add] => isDate [date_upd] => isDate [id_shop] => isUnsignedInt [id_author] => isUnsignedInt [index] => isBool [follow] => isBool [sitemap] => isBool [active] => isBool [post_status] => isName [id_default_category] => isUnsignedInt [post_categories] => isJson [post_tags] => isJson [post_products] => isJson [psswd] => isPlaintextPassword [count] => isUnsignedInt ) [fieldsRequiredLang:protected] => Array ( ) [fieldsSizeLang:protected] => Array ( ) [fieldsValidateLang:protected] => Array ( [title] => isCleanHtml [meta_title] => isCleanHtml [meta_description] => isCleanHtml [link_rewrite] => isLinkRewrite [content] => isCleanHtml [excerpt] => isCleanHtml ) [tables:protected] => Array ( ) [webserviceParameters:protected] => Array ( ) [image_dir:protected] => [image_format:protected] => jpg [translator:protected] => [def:protected] => Array ( [table] => ever_blog_post [primary] => id_ever_post [multilang] => 1 [fields] => Array ( [title] => Array ( [type] => 6 [lang] => 1 [validate] => isCleanHtml ) [meta_title] => Array ( [type] => 6 [lang] => 1 [validate] => isCleanHtml ) [meta_description] => Array ( [type] => 6 [lang] => 1 [validate] => isCleanHtml ) [link_rewrite] => Array ( [type] => 3 [lang] => 1 [validate] => isLinkRewrite ) [content] => Array ( [type] => 6 [lang] => 1 [validate] => isCleanHtml ) [excerpt] => Array ( [type] => 6 [lang] => 1 [validate] => isCleanHtml ) [date_add] => Array ( [type] => 5 [lang] => [validate] => isDate [required] => ) [date_upd] => Array ( [type] => 5 [lang] => [validate] => isDate [required] => ) [id_shop] => Array ( [type] => 1 [validate] => isUnsignedInt [required] => ) [id_author] => Array ( [type] => 1 [validate] => isUnsignedInt [required] => ) [index] => Array ( [type] => 2 [validate] => isBool [required] => 1 ) [follow] => Array ( [type] => 2 [validate] => isBool [required] => 1 ) [sitemap] => Array ( [type] => 2 [validate] => isBool [required] => ) [active] => Array ( [type] => 2 [validate] => isBool [required] => ) [post_status] => Array ( [type] => 3 [validate] => isName [required] => 1 ) [id_default_category] => Array ( [type] => 1 [validate] => isUnsignedInt [required] => ) [post_categories] => Array ( [type] => 3 [validate] => isJson [required] => ) [post_tags] => Array ( [type] => 3 [validate] => isJson [required] => ) [post_products] => Array ( [type] => 3 [validate] => isJson [required] => ) [psswd] => Array ( [type] => 3 [lang] => [validate] => isPlaintextPassword ) [count] => Array ( [type] => 1 [validate] => isUnsignedInt [required] => ) ) [classname] => EverPsBlogPost [associations] => Array ( [l] => Array ( [type] => 2 [field] => id_ever_post [foreign_field] => id_ever_post ) ) ) [update_fields:protected] => [force_id] => [featured_image] => https://www.casanomade.fr/img/post/post_image_19.jpg ) 1
Mayanna, ambassadrice des tisserandes du Guatemala

Mayanna, ambassadrice des tisserandes du Guatemala

L'association Mayanna et sa fondatrice, Anne, se sont donné pour mission de promouvoir l'artisanat maya.
En savoir plus